28/06 : L’actu de la semaine

Que sest-il passé du côté des nuisibles et de lhygiène publique ? Retour sur lactualité de ces dernières semaines.

DANS L'ACTUALITÉ

  • Lundi 24 juin, Aldi a rappelé des lots de crevettes surgelées contaminées par la bactérie Vibrio vulnificus, commercialisés dans plusieurs régions entre le 18 mars et le 5 juin. Appelée « mangeuse de chair », cette bactérie est susceptible d’infecter les plaies et de causer des troubles gastro-intestinaux voir des septicémies.
  • Un reportage diffusé dans le JT de 20h de France 2 le 25 juin traite de la problématique des goélands. Plusieurs communes en bord de mer subissent des nuisances : bruit, fientes, agressivité… Pour remédier à la situation, des villes optent pour la stérilisation des œufs.
  • Selon un article de La Nouvelle République du 26 juin, le laboratoire Qualyse assure la surveillance du moustique tigre dans quatre départements de la Nouvelle-Aquitaine pour le compte de l’Agence régionale de santé. Chaque mois, il collecte des données à partir de pièges pondoirs déployés dans divers espaces de ces départements.
  • Les épidémies de virus transmis par les moustiques continuent de sévir aux États-Unis. Un cas, non humain, du Virus du Nil occidental a été détecté dans le comté de Kent le 26 juin. La veille, le Center for Disease Control and Prevention a publié un avis de santé pour alerter de la prolifération de la dengue. Entre le 1er janvier et le 24 juin, 9,7 millions de cas ont été signalés dans tout le pays. Un nombre deux fois supérieur à l’ensemble des cas recensés en 2023.
  • Selon Actu Toulouse, la commune de Saint-Orens-de-Gameville (Haute-Garonne) a annoncé qu’elle procéderait à un traitement anti-moustiques chaque mois de juin à octobre, en réponse à l’infestation la plus importante d’Occitanie. Les cours d’eau et fossés seront traités biologiquement, et les pièges pondoirs entretenus. Des nichoirs à chauve-souris seront également installés.
  • Selon Actu Lyon, l’hôtel du Théâtre situé dans le 1er arrondissement de Lyon a été envahi par des moustiques. Plusieurs clients se sont plaints de s’être fait piquer durant la nuit. L’établissement a fait appel à une entreprise qui est intervenue sur une demi-journée.
  • Le Réveil explique que les élus de la commune de Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime) ont voté en faveur d’une pour la lutte contre les nuisibles. Le maire, Xavier-Lefrançois a annoncé vouloir « aider à 50 % de la facture et à hauteur de 150 euros maximum les particuliers pour des destructions de nids de frelons asiatiques ». La ville fait face à une prolifération de rats, de frelons asiatiques et de pyrale du buis. La municipalité a annoncé qu’elle luttera contre ces nuisibles.
  • France 3 Bretagne rapport que l’Association Brechoise de Sauvegarde des Abeilles et autres Pollinisateurs a annoncé qu’entre le 20 mars et le 20 mai 2024, 7 772 femelles frelons asiatiques ont été capturées à Brec’h (Morbihan).. La commune est considérée comme pionnière dans la lutte grâce à des pièges contenant un cocktail composé « d’un tiers de bière, un tiers de sirop de grenadine et un tiers de vin blanc » explique Michel Le Boudec, président de l’association. Elle cherche à capturer les reines avant l’installation dans leur nid.
  • Le 26 juin l’Anses a annoncé avoir développé une méthode pour cultiver la bactérie Campylobacter hepaticus. L’Agence espère ainsi pouvoir retracer sa propagation au sein des élevages de volailles, particulièrement touchés depuis 2019 en France.
  • Depuis plusieurs semaines, la Fédération de Pêche de Charente-Maritime signale la prolifération d’écrevisses rouges de Louisiane sur les rives du fleuve Charente. Cette espèce invasive a été introduite dans les années 70 à des fins commerciales. Les épisodes de fortes pluies pourraient expliquer ce phénomène, mais rien n’est sûr.
  • Dans un article publié le 18 juin, La Provence explique qu’en Camargue, les ragondins prolifèrent et ravagent les milieux.
  • À l’approche des JO, l’Institut Pasteur a diffusé un communiqué de presse le 18 juin pour dévoiler les résultats d’une étude sur la transmission des arbovirus. Selon les chercheurs, le moustique tigre est capable de transmettre 5 virus (West Nile, chikungunya, Usutu, Zika et dengue) dans des délais allant de 3 à 21 jours après la piqûre. Ils appellent à prendre davantage de mesures durant l’événement.

Adrien Ribera, journaliste chez IZIPest

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour suivre nos actualités.

Nous utilisons Brevo en tant que plateforme marketing. En soumettant ce formulaire, vous acceptez que les données personnelles que vous avez fournies soient transférées à Brevo pour être traitées conformément à la politique de confidentialité de Brevo.

Téléchargez notre catalogue formation

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Par quoi êtes-vous intéréssé ?
Politique de confidentialité
« Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont nécessaires à la gestion de votre demande par IZIPest. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. »