10/05 : L’ACTU DE LA SEMAINE

La Réunion face à une importante épidémie de leptospirose ; le moustique tigre prolifère sur tout le territoire… Que sest-il passé du côté des nuisibles et de lhygiène publique ? Retour sur lactualité de ces dernières semaines. 

DANS L'ACTUALITÉ

  • Le 26 avril, le Grand Périgueux, une communauté d’agglomération située en Dordogne, a présenté un plan de lutte, en deux phases, contre les frelons asiatiques. Depuis le 2 mai, les mairies des différentes communes distribuent aux habitants, un kit « Abeilles & Cie : protégeons-les ! » composé d’un sachet de graines de plantes riches en pollen, et d’un piège sélectif à frelons. La deuxième phase se déroulera sur 2025 et 2026 et consistera à former des référents frelons asiatiques aptes à détruire les nids
  • Le 4 mai, Le Dauphiné Libéré a publié un dossier intitulée « Les rats ont-ils envahi nos villes ?» dans lequel intervient notamment le Dr. Romain Lasseur, expert international des espèces animales envahissantes. L’enquête questionne sur les raisons de la prolifération des rongeurs et présente le cas de Grenoble (Isère).
  • France Bleu Maine rapporte que la mairie de Sablé-sur-Sarthe (Pays de la Loire) a pris un arrêté en mars dernier, visant à sanctionner les propriétaires qui refusent de lutter contre les pigeons. La commune fait face à une prolifération du volatile (entre 2 000 et 3 000 individus) et travaille sur un plan de lutte avec, notamment, la mise en place prochaine d’un pigeonnier contraceptif et de pics métalliques. Les habitants doivent quant à eux, installer des ultra-sons ou des fils tendus. En cas de non-action, ils s’exposent à une amende de 35 euros.
  • Le syndicat étudiant SCUP a dénoncé, dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, les conditions déplorables d’une résidence universitaire située dans le quartier du Moulin à Vent, à Perpignan. D’importantes fuites d’eau, la présence de cafards ou les coupures d’électricité compliquent le quotidien des résidents qui lancent un appel à l’aide.
  • Le 25 avril, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, en collaboration avec le Muséum national d’Histoire naturelle, a organisé une journée thématique dédiés aux enjeux liés aux moustiques. Plusieurs spécialistes sont intervenus lors de sessions dédiées afin d’aborder les risques d’importation de maladies vectorielles liées aux moustiques, les méthodes de lutte et la prévention.
  • Un reportage diffusé le 1er mai dans le journal de 20h de France 2, aborde la problématique des chats errants qui envahissent certaines villes. Face à cette situation, des captures sont parfois organisées par des associations pour freiner la prolifération des félins sauvages, qui se reproduisent vite.
  • L’Hyalomma marginatum ou tique géante envahie le sud de la France. Des scientifiques du Cirad et de l’Inrae surveillent actuellement son développement dans la région, précise Midi Libre. Cet insecte est porteur du virus de la fièvre hémorragique Crimée-Congo, et les autorités sanitaires craignent son expansion en France.
  • La Réunion connaît actuellement une hausse des cas de leptospirose. L’Agence Régionale de Santé a alerté sur cette épidémie « d’ampleur inédite», alors que plusieurs écoles de l’île sont envahies par les rongeurs comme l’école Josée Léger à Saint-André. Depuis le 1er janvier et en date du 3 mai, 204 cas et 1 décès ont été enregistrés.

LE GROS SUJET

Le moustique tigre continue de proliférer sur tout le territoire

Chaque semaine, la situation sanitaire autour du moustique tigre ne cesse d’évoluer et d’être observée avec attention. Selon le Professeur Denis Malvy, infectiologue au CHU de Bordeaux, l’insecte sera très présent ce mois-ci. Il confie à France Info que « deux à trois patients atteints de dengue » sont admis au CHU par semaine. Selon un communiqué de presse de l’ARS du Centre-Val de Loire, du 30 avril dernier, la saison de surveillance renforcée est lancée. La région est particulièrement touchée par la colonisation du moustique tigre, à l’instar des régions Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes. En seulement un an, le nombre de cas déclarés de dengue sur tout le territoire a bondi de 1 266 % selon les chiffres de l’ARS. Entre le 1er janvier et le 26 mars 2024, 1 038 cas ont été recensés, contre 76 à la même période en 2023. Les autorités sanitaires appellent à la prudence.

Adrien Ribera, journaliste chez IZIPest